Du risque de l’effet Nocebo en matiére de Management


Une équipe médicale allemande vient de démontrer que «Plus on prévient les patients, plus forte est la douleur» http://www.sharetabs.com/4dy

Pour le démontrer l’équipe a réalisé une expérience fort simple :

  • 38 volontaires on été séparés en deux groupes et tous ont subit chaque jour pendant 6 jours l’imposition d’une source de chaleur sur le bras. Même intensité chaque jour, sans aucune gravité potentielle.
  • Pour l’un des deux groupes, les médecins ont annoncé, dés le premier jour, que la douleur serait chaque jour plus forte.

Douleur

Le constat fut sans appel : les patients du groupe des « prévenus », ont « constaté » l’élévation quotidienne de la douleur lors de l’imposition de la chaleur.

Qui plus est, l’analyse de l’activité électrique de la zone du cerveau gérant la sensation de douleur a montré qu’effectivement cette zone était de plus en plus excitée chaque jour chez les « prévenus » qui donc ressentaient vraiment cette douleur.

Bien évidement (l’intensité de la chaleur étant constante chaque jour), le groupe des « non-prévenus » n’a rien ressenti de tel et s’est même « habitué » à la chaleur et a donc, à l’inverse, ressenti une décroissance de la douleur au fil des jours.

Les chercheurs ont baptisé ce phénomène « l’effet Nocebo », qui montre que «Plus on prévient les patients, plus forte est la douleur».

Je ne peux m’empêcher de rapprocher cette expérience de la mauvaise utilisation de la notion de «Courage Managérial».

En effet, s’appuyer sur la notion de « Courage managérial » pour décrire l’avenir le plus durement possible, en mettant en avant les risques avant les opportunités, les faiblesses avant les atouts, les difficultés avant le plaisir ne peut avoir qu’une conséquence : atteindre durablement et profondément la capacité des équipes à travailler sereinement et donc efficacement.

http://www.businessattitude.fr

Pire encore, si la situation est finalement « normale » (comme c’est généralement le cas), de toute façon les équipes ressentiront la « douleur annoncée » et donc perdront en efficacité sereine.

Le rôle du manager est, plus que jamais, dans l’environnement économique fluctuant qui s’annonce, d’anticiper, de préparer, de contourner, d’inventer, d’affronter s’il le faut les difficultés potentielles mais de ne pas de s’en servir pour manager l’instant.

Les conséquences en seraient durablement négatives et contreproductives pour traverser solidement les contre-cycles et surfer en souplesse sur les embellies car elles inhiberaient chez vos collaborateurs le goût de la prise de risques pourtant essentiel à la réussite.

Une réflexion au sujet de « Du risque de l’effet Nocebo en matiére de Management »

  1. Bonjour, tout à fait d’accord avec vous. Dramatiser pour faire passer le pilule n’est jamais une solution. Cacher la vérité non plus. Partons simplement de l’idée que, dans une entreprise, nous sommes tous adultes et en situation de « comprendre ».
    Je vais mettre cette note en lien sur mon blog « Mortel Management ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s