La France classée N°1 d’un classement des systèmes de Santé en Europe


http://uk.businessinsider.com/the-best-health-care-in-europe-2015-1?utm_content=buffer82525&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Jérick Develle

6 grands chantiers de gain de productivité dans l’environnement de travail infographie


Jérick Develle

Montée en puissance inéluctable de la consommation sur mobile


Portrait du « serial mobile consommateur » :

Médecins Intérimaires… Joyeuses Fêtes !


Autour du mot « médecin », les qualitatifs se sont bousculés cette semaine : « Sans-frontière » en Centreafrique, « du désert » en Lozère, « génial » autour d’un cœur bionique conçu et implanté par des médecins français.
Mais un triste qualificatif a aussi peuplé l’espace médiatique. « Mercenaire » a fait le buzz, repris en gros titres tout au long de la folle journée de présentation d’un rapport parlementaire par un député lui-même médecin.

« Médecin mercenaire » mais de quoi parle-t-on ? .
Ceux qui associent ces mots ont-ils vraiment conscience de ce qu’ils disent et de ce qu’ils font alors qu’il est de plus en plus difficile d’attirer vers les formations médicales les jeunes lycéens qui, au moment du choix, trouvent vertigineuses les 10 années d’études qui les attendent ?

Je regrette que ce rapport parlementaire, plutôt bien fait par ailleurs, n’ait pas pris la peine de clarifier une fois pour toute cette fable du salaire mirifique des médecins intérimaires.

Je vais donc essayer de faire simple et clair.

Ce que l’on nomme Intérim des Médecins recouvre deux réalités :

  • 95% des médecins concernés sont employés en vacation directement par les établissements ayant besoin de replacer un absent (de gré à gré en CDD)
  • 5% des médecins concernés sont employés en contrat d’intérim par une entreprise de travail temporaire (environ 200 médecins très expérimentés)

Ces médecins intérimaires délégués par nos entreprises font un travail de grande qualité (voir par exemple le commentaire de Patrick Pelloux à leur sujet)
Leurs rémunérations sont totalement transparentes et ont fait l’objet d’amalgames et d’incompréhensions inacceptables.

Voici les éléments, ils sont très simples :

Exemple d’un mission de remplacement d’une journée (le praticien titulaire est malade)

  • Salaire net pour la journée : 610 € / journée de 10 heures
  • Salaire net horaire (journée de 10 heures) : 61 € / heure
  • Dont Indemnités légales de congés payés (ICP 10%) et de précarité (IFM 10%) : 10,5 € / heure
  • Soit un salaire horaire net hors indemnités ICP et IFM de : 50,4 € / heure
  • Soit un salaire mensuel hors indemnités ICP et IFM de : 7 612 € (pour 10 années d’étude…)

Pour l’établissement hospitalier qui accueille ce Médecin intérimaire la facture intégrera :

  • Le salaire, les ICP et IFM (55% de la facture) : 923 € / journée de 10 heures
  • Les charges sociales, cotisation Assedic, le suivi médical (30% de la facture) : 495 € / journée de 10 heures
  • Les frais de recrutement (8% de la facture) : 130 € / journée de 10 heures
  • La marge de notre agence (yc salaires et charges de notre équipe) (8% de la facture) : 130 € / journée de 10 heures
  • Soit un total de : 1 677€ HT pour une journée de 10 heures
  • Et bien entendu si l’on rajoute la TVA (19,6%) on arrive à : 2 000€ TTC pour une  journée de 10 heures

Rien de mystérieux dans tout cela et pourtant, nous avons tous entendu les commentateurs annoncer qu’un médecin pouvait « gagner 2 000 euros dans la journée » alors qu’il « coûte » 2 000 euros ce qui n’a évidemment rien à voir

Au-delà de ce que j’ai pu dire sur RTL , Europe 1 ou France 2 à ce sujet, il me semblait important d’apporter un éclairage technique au débat.

Sans jamais oublier que derrière un Médecin il y a des patients et que pendant les fêtes de fin d’année,  des dizaines de médecins intérimaires mais aussi des Infirmières, des aides-soignantes, des sages-femmes,dans les services et aux urgences prendront soin des patients afin de laisser les titulaires profiter, à juste raison, de leurs réveillons en famille tout en assurant la sécurité médicale attendue par nos concitoyens.

Jérick Develle