Twitter en tête des réseaux sociaux importants pour les marqueteurs Irish


D’après une récente étude Irlandaise, en Irlande (comme en France) la majorité des marqueteurs ne savent pas mesurer le ROI des Réseaux Sociaux mais 75% d’entre eux vont augmenter leurs dépenses dans ce domaine

Source : http://www.edelman.ie/social-media/

Jérick Develle

Analyse de la consommation issue des médias sociaux aux états Unis.


La progression reste impressionnante et le poids de Facebook dans l’ensemble de la consommation issue des médias sociaux est sans équivalent !

Qualité Y.0

Mis en avant


Paradoxe

Les aléas économiques et le raccourcissement des cycles de croissance ne représentent pas la vraie menace qui assombrit l’avenir de nos entreprises. Cette menace est en fait un paradoxe, le paradoxe du marché de l’emploi français qui, malgré un taux de chômage insupportable, fait qu’il demeure très difficile de recruter un profil à valeur ajoutée individuelle élevée et cela quel que soit le secteur d’activité concerné.

En effet, au-delà des compétences, c’est dorénavant le comportement qui fait la différence pour la Génération Y qui rejoint en ce moment nos entreprises et qui en représente l’avenir. Son recrutement se fait sur des valeurs et des comportements ce qui le rend sensible et difficile. La notion de fidélité par le bien-être au travail devient alors une condition élémentaire et précieuse pour que ces efforts de recrutement ne soient pas anéantis par une faible capacité à conserver les Talents.

Perte de temps et d’énergie

Or cette Génération, qui dispose d’atouts extraordinaires pour réussir, perd en général énormément de temps et d’énergie lors de sa phase d’intégration.Ses difficultés à gérer les conflits, à rester centrée sur un même sujet très longtemps ou à disposer d’une vision moyen terme, nécessiteraient que les Systèmes de Management de la Qualité lui soient des guides ludiques, modernes  et adaptés à leurs attentes. Cette « Génération Y » a en effet hérité de sa jeunesse connectée deux besoins essentiels : trouver immédiatement l’information sans en avoir anticipé le besoin et pouvoir collaborer à une communauté de « sachants » sans pour autant aimer travailler en groupe.

Logigrammes obscurs

Pourtant, nombre d’entreprises continuent à vouloir transmettre le « savoir Qualité » au travers de logigrammes obscurs, de classeurs à leviers défraîchis ou de pyramides du savoir poussiéreuses. C’est ignorer que nos jeunes collaborateurs sont devenus des Consommateurs de Management et  des Consommateurs de Savoirs. Nos entreprises doivent y répondre en utilisant le langage et les outils de cette « Génération Y »: le Réseau Social interne doit ainsi remplacer l’Intranet, le clip vidéo doit remplacer la procédure, le Smartphone doit permettre d’accéder instantanément aux bibliothèques de références et aux questionnaires d’évaluation et le e-learning doit devenir ludique. Enfin, et cela va devenir essentiel, le Crowdsourcing interne doit devenir l’élément clef de la stratégie d’appropriation et d’amélioration continue.

Puis, au-delà de ces nouvelles pratiques, le Management de la Qualité doit au plus vite intégrer que cet esprit de « Consommateurs Internes » va créer une nouvelle catégorie de Clients. Et ce sont ces clients internes, dont le niveau de satisfaction sera de plus en plus mesuré (ISO 26000, indices Great Place To Work, évaluation VIGEO), qui feront demain la vraie valeur des entreprises les plus performantes.  

Contre-culture Qualité 

Jamais les Managers de Systèmes Qualité n’ont disposé d’autant d’outils permettant, à un coût de plus en plus faible, d’impliquer chacun de ceux qui rejoignent les entreprises. Reste à ce que ces Managers ne demeurent pas figés dans leurs réflexes de Managers 1.0 au risque de laisser naître une « contre-culture Qualité » faites de réseaux parallèles extrêmement efficaces et créatifs mais… non maîtrisés.

 

Jérick Develle

Les réseaux sociaux d’entreprise vont-ils tuer votre Intranet ?


Il y a quelques mois dans un article intitulé  » Social media are challenging the intranet  » NetJMC commençait à lancer les premières interrogations autour de la menace que faisaient planer les Réseaux Sociaux internes sur les Intranet Corporate classiques des entreprises.

Thierry Breton, emblématique patron de France Telecom, et accessoirement ancien Ministre de l’économie puis devenu patron d’Atos déclarait quelques mois plus tard étudier les moyens de supprimer les mails internes des entreprises dans les trois ans.

Quelques mois plus tard, force est de constater que l’arrivée en force d’outils tels que Yammer ou Chatter rend déjà le débat obsolète tant l’impact des réseaux sociaux internes dans les entreprises modernes est à la fois évident, vertigineux et efficient.

Evident :
Chefs d’entreprises, responsables juridiques, community managers… réveillez-vous…. quelqu’un a peut-être déjà créé un réseau social interne dans votre entreprise et vous ne le savez pas.

Il suffit qu’un de vos salariés dispose d’une adresse mail interne au sein de votre organisation pour qu’il soit à la fois le créateur ET l’administrateur d’un réseau interne immédiatement accessible à tous vos collaborateurs et sans que vous n’ayez d’autre moyens de le contrôler que d’en négocier les conditions avec ce salarié…

Ainsi en quelques clics, marcel.dupont@maJoliePme.fr, devient l’administrateur du Yammer interne de « maJoliePme » …

En d’autres termes, n’attendez pas pour prendre position: comme la nature, l’information a horreur du vide.

Vertigineux :

Le développement des outils de microbloging dans les entreprises est vertigineux et alors que très peu d’entreprises ont déjà pris la mesure du phénomène Facebook et Twitter dans leur stratégie de communication externe (contenu éditorial, image, e-reputation, droit à la prise de parole, gestion des départs, charte de déontologie,…) voici que prés de 26% des entreprises US sont déjà équipées d’un réseau social interne (voulu ou subi…) et que, à n’en pas douter, nos entreprises françaises en seront au même niveau dés le début de 2012.

Et se pose alors déjà nombre de questions : droit à la parole (sur un réseau social interne l’anonymat n’est pas garanti), quelles informations diffuser ou accepter (à quand un wikileaks interne ?), rôle et droit des I.R.P., organisation de l’information pour la rendre ordonnée et accessible, validité juridique d’un Tweet vs un mail (la baisse du nombre de mails internes est réelle), choix éditoriaux…

Efficient :

Il n’a fallu que 3 semaines pour que 95% des 270 collaborateurs d’Adecco Medical ne rejoignent le Yammer mis en place dans l’entreprise alors que 50% n’avaient encore jamais ouvert l’intranet corporate…

Bien entendu l’ancienneté des pratiques Facebook/Twitter et la proportion de Génération Y et Z de l’entreprise a simplifié la démarche. Mais la vitesse vertigineuse à laquelle nos collaborateurs se sont connectés et ont commencé à partager de l’information, à explorer des nouvelles façons de collaborer en réseau et en groupes fermés ou ouverts m’impressionne.

A ce stade et comme pour toute phase exploratoire des questions se posent :

  • A quand la phase de plateau et la phase de désintérêt suivra-t-elle ?
  • Comment valider l’information partagée
  • Comment aller assez vite pour Taguer l’information afin de l’organiser et d’éviter le syndrome « intranet jungle »
  • Comment équilibrer plaisir de communiquer et gestion efficace du temps de travail
  • Comment garantir les valeurs de l’entreprise et éviter les dérapages (la pédagogie autour des messages privés/publics est essentielle)

Bien entendu, comme pour tout nouveau média, seul le temps et l’attention portée par les managers et les salariés eux-mêmes permettront de garantir à cet outil son seul vrai objectif : renforcer les liens d’une équipe mieux informée, socialement responsable et engagée autour du projet de l’Entreprise.

Ainsi il m’apparaît déjà clairement que si notre Réseau Social interne ne va pas tuer notre Intranet (qui a déjà 12 ans et était un des tous premiers en France) il va… l’absorber et le digérer.

Comme toujours, anticiper reste la clef ! Gare aux organisations qui n’anticiperont pas ce phénomène et se contenteront de le subir….

Réseaux Sociaux : l’analyse de Burson-Marsteller


Les Consommateurs sous Influence deviennent des Consommateurs Influents


Il est maintenant évident que la croissance exponentielle des Réseaux Sociaux et de leurs outils dédiés (Blogs, Twitter, Facebook, YouTube, etc) a entrainé une accélération sans précédent du rééquilibrage des pouvoirs entre Consommateur et Producteurs.

Ces changements qui affectent la plupart des aspects de notre vie quotidienne (citoyens, parents, employés, consommateurs, …) peuvent avoir un rôle déterminant dans l’avenir des entreprises qui n’auraient pas pris suffisamment vite le virage stratégique qu’ils imposent. BP, Nestlé (Kit-Kat), Nutella et bien d’autres en ont déjà fait l’expérience.

En d’autres termes, les gens ont cessé d’être des « Consommateurs sous influence » pour devenir des « Consommation Influents« , des « Influenceurs » qui disposent d’un pouvoir inconnu jusqu’alors.

Ce terme « d’Influenceur » n’est pas nouveau, il circule dans le monde du marketing depuis des années mais est maintenant entré en force et par surprise de cœur même de toute entreprise de la plus grande à la plus petite : les consommateurs sont ainsi devenus « la » Voix des produits avec un impact positif ou négatif tout à fait significatif sur l’ e-réputation et donc les Valeurs des entreprises à tous les sens du terme.

Ce ne sont donc plus les entreprises qui détiennent le contrôle total de leurs produits, de leurs marques et de leurs images. Les investisseurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et n’importe lequel d’entre eux ne peut plus faire l’économie d’une phase de Due Diligence numérique avant d’approcher une entreprise pour y investir.

Ce nouvel équilibre des pouvoirs n’a bien évidement pas que des côtés positifs et il est assez aisé d’imaginer comment les combats entre les marques vont très vite déborder de leur champs de bataille classiques pour occuper celui de la lutte d’influence numérique sociale.

Afin d’éviter tout risque de dérives, cinq commandements de base devraient d’ores et déjà être suivis par toute entreprise responsable :

  • J’identifie en permanence les Leaders d’Influence qui suivent spécifiquement mes produits, services, marques ou secteurs d’activité.
  • Je maintiens un contact régulier avec ces leaders d’influence qui représentent pour moi une source inépuisable de pistes d’amélioration.
  • J’affiche clairement ma propre personnalité numérique en devenant moi-même un Leader d’Influence et en mettant en avant mes Valeurs et en m’attendant à ce que tout écart entre mon comportement et ces dites-valeurs soient immédiatement dénoncé.
  • J’intègre ouvertement ma stratégie de Responsabilité Sociale et Environnementale à mes canaux de communication Réseaux Sociaux.
  • Je ne laisse aucun des Réseaux Sociaux qui me concernent (Facebook, Twitter, Linkedin, etc…) sans suivi régulier afin de répondre immédiatement aux sollicitations des « Influenceurs » à qui j’ai volontairement ouvert votre porte.

Les traditionnels « Messagés » qui étaient jusqu’alors évalués bien souvent uniquement pour leur « temps de cerveaux disponible» sont devenus des « Messagers ». Ils sont dorénavant ceux qui, selon le cas, portent, amplifient, modifient ou combatent vos propres messages.

Seule votre capacité à générer désir, enthousiasme et confiance évitera que vos consommateurs ne se transforment en procureurs.

Références :

10 webapps pour l’Entreprise 2.0


Si nous savons tous que les Managers 1.0 sont en voie de disparition, encore faut-il que les Managers 2.0 disposent d’outils modernes leur permettant d’utiliser les nouvelles lignes de force de l’Entreprise 2.0 : la Collaboration active, l’Efficience (vite et bien),  l’Ouverture à l’opinion de l’autre, la Sécurité et le Fun. 

La plupart des outils qui apportent leur puissante simplicité à  l’Entreprise 2.0 sont gratuits et le plus difficile restera souvent à convaincre votre architecte informatique de les intégrer aux applications existantes. Avant de le faire, vérifiez bien que certaines de ces applications ne puissent pas tout simplement remplacer vos applications existantes ou, à minima, inspirer les nouvelles créations de vos programmeurs préférés. 

Réseaux Sociaux : 

A tout seigneur tout honneur, Twitter et Facebook font partie de la panoplie des applications 2.0. Mais en assurer une gestion optimale nécessite l’usage d’un bon outil multicompte si l’on ne veut pas y consacrer trop de temps.  Hootsuite  est l’ un des meilleurs. Il vous permet de gérer l’ensemble de vos comptes (Fb, Tw, LinkedIn, WordPress etc. ) sur un même écran. J’en profite pour vous glisser deux liens superbes pour ceux qui ont un compte Twitter  : mentionmap et IsParade (laissez-lui le temps de se charger).  

Collaboration efficace et spontanée : 

 Finalement, le principal atout qu’offre aux entreprises une organisation de type 2.0, c’est la capacité de faire appel au plus grand nombre pour construire un projet et cela en cassant les barrières hiérarchiques ou les cloisons corporatistes. Mind42.com est un magnifique (et fort simple) outil gratuit et sécurisé de gestion collaborative de projet qui donnera à vos équipes la capacité de participer spontanément et de façon tout à fait ordonnée et fiable à sa construction. 

 Comment partager tous vos favoris de façon efficace et visuelle, Pearltrees vous apporte une réponse de qualité. J’en profite pour partager avec vous quelques favoris  ici 

Productivité  : 

Arrêtons de saturer nos boites mail avec des présentations récurrentes du type dashboard hebdomadaire qui en plus sont très difficiles à lire sur les Smartphones, Slideshare organise très simplement le partage des présentations en ligne. 

Google vous propose un astucieux moteur de traduction dans ses outils linguistiques et bien DocTranslator utilise les outils de Google pour vous permettre de traduire des documents entiers. 

Besoin d’un peu de discrétion pour échanger une blague très 0.1.0 ou partager une opinion politiquement incorrecte (par exemple tout le mal que vous pensez du 2.0 😉   https://thismessagewillselfdestruct.com/ est l’outil qu’il vous faut. 

 

Si le bon vieux Paint de Microsoft  ne vous suffit plus depuis la maternelle mais que votre DSI ne vous permet pas d’installer le très brillant et gratuit Paint.net , vous aurez grand plaisir à utiliser online Pixlr qui va vous bluffer par sa capacité à vous proposer les outils de dessins les plus avancés sans rien installer sur votre pc ou mac. 

Sécurité :  

Vous multipliez les ouvertures de compte et tenter de protéger au mieux vos document par des mots de passe. Testez ici vos mots de passe habituels (en les changeant un peu avant de les tester pour plus de sécurité) et vous serez édifié quant à leur sûreté relative. 

News : 

 Hiérarchiser l’information est l’une de nos préoccupations principales, newsmap est un magnifique outil tant sur le plan graphique que sur le plan de l’efficacité. Vous pouvez choisir vos sujets d’intérêts et d’un seul coup d’oeil remarquer ce qui fait le Buzz sans perdre de temps. 

 Fun :

Envie de tout savoir sur tout et de vous changer un peu de votre cher wikipédia, testez WolframAlfa qui préfigure la nouvelle génération des agrégateurs de connaissances.

 Une info à partager ? Des photos à mettre en ligne ? Pas suffisamment de temps ou pas l’envie d’en faire un Post sur votre blog ? posterous est d’une simplicité enfantine et s’avère fort utile. Vous pouvez même en faire un quasi blog juste en envoyant des mails. Moi je l’utilise pour regrouper mes alertes Google mais chacun peut lui trouver le bon usage.

— § —

La principale caractéristique de l’univers 2.0 étant de s’ouvrir à l’opinion spontanée de l’autre, je m’arrête là et je vous laisse ajouter en commentaires toutes les webapps qui vous sembleront pouvoir apporter les ressources nécessaires aux Managers  2.0 ! Par avance, Merci  🙂